Guide de débat: Logique évolutionniste

From NewgonWiki
Revision as of 20:22, 23 April 2009 by Boeotia (Talk | contribs) (http://en.wikipedia.org/wiki/Hedonism ?)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Chares et William Darwin
L'application de la théorie de l'Evolution (en Anglais) darwinienne est devenue populaire dans les activités des deux véritables analystes et des idéologues politiquement motivés. Ici, nous tentons de soutenir que la théorie met en doute de nombreuses des « vérités » sacrées du mouvement de l'abus de l'enfant. Qu'une grande proportion (en Anglais) de la population masculine soit en fait pédophile, et qu'encore plus soient attirés par les pubères, est le premier pointeur vers la force évolutionniste d'attirance pour les jeunes, mais en aucun cas une confirmation.

Hédonisme

Les idées, que les expériences sexuelles soient nécessairement préjudiciables pour les jeunes et motivées par la psychopathie adulte, sont contestées avec le concept d'hédonisme. Il est observé chez les humains et autres animaux, que les activités bénéfiques (comme l'alimentation et le sexe) apportent du plaisir inné, surtout dans les moments de grand besoin. Les comportements dommageables provoquent de la douleur innée. Ces sentiments ne sont pas le fruit du hasard ou une volonté de Dieu, mais plutôt évolués chez les animaux car ils ont soutenu la reproduction de gènes - les mêmes gènes qui portent les codes génétiques pour la structure du plaisir et de la douleur dans le système nerveux.

Comme le dit Jack McClellan (en Anglais) :

« Je n'accepte pas l'idée de la culture dominante qu'aimer, attoucher sexuellement, de façon consensuelle et non coercitive, des enfants pré-pubères propres soit abusif et les ruine pour leur vie. Ce qui les ruine sont les lavages de cerveau subséquents par l'industrie du « délinquant sexuel » qui leur a nui. Le critère que c'est une norme sociale absurde, est que les enfants doivent être endoctrinés pour penser que le plaisir génital / toucher anal est un « mauvais contact » - et pourtant, ils savent d'instinct et par expérience que toucher une flamme est un mauvais contact, enfoncer une seringue dans leur bras est un mauvais contact, être mordu par un chien est un mauvais contact, etc ».

A l'exception de la surpopulation et de l'infanticide, aucune fonction adaptative n'a jamais existé pour permettre aux parents d'abuser de leur propre progéniture, dans lesquelles ils sont génétiquement investi. Si, comme suggéré par des « experts » modernes, le toucher génital était significativement et intrinsèquement préjudiciable pour les jeunes, il aurait plus de chances de porter un fardeau de douleur inné à la fois pour les jeunes et les adultes étroitement liés. Dans ce cas, l'inceste pourrait être rejeté comme une « aberration ». Toutefois, cela ne permet pas d'expliquer sa prédominance pure et pourquoi les variations communes de leur milieu familial (absence d'un parent) sont connues pour apporter des contacts "incestieux" parentaux.

Quelqu'un peut décider de s'opposer contre ça en donnant l'exemple d'enfants n'ayant pas d'aversion innée à manger trop de chocolat. Alors que manger trop de chocolat rendrait en fait un enfant malade, il existe un certain nombre de substances rendant dépendant qui peuvent en effet nuire à long terme à des personnes de différents âges. Toutefois, pour ce qui est de proposer l'idée que les enfants n'expriment pas de sévères et de dégoût innés envers ces substances, l'analogie avec le sexe échoue. La raison en est qu'à la différence du sexe, nous nous référons aux substances artificielles ou contemporaines, pour lesquelles l'humanité ne pouvait pas s'attendre à adapter des mécanismes de défense. D'autres substances, telles que le chocolat ne sont pas pensées pour produire de graves dommages après une seule exposition (à la différence du sexe), et auraient été des sources d'énergies saines dans les sociétés primitives, où la nourriture était rare.

Pédophilie et Erotiques

Il y a des pressions évolutionnistes qui travaillent en faveur de l'intimité intergénérationnelle et des attirances pour les jeunes pré-pubères.

Pédophilie

L'évolution de l'homme a eu lieu pour la plus grande partie, avant la diversité et l'interdépendance des sociétés modernes. Dans les sociétés tribales très isolées qui ont été le paysage de l'évolution de l'homme, les mâles non destinés à la compétition reproductive n'auraient eu pratiquement aucune possibilité en matière de reproduction. La seule façon pour eux de renforcer la diffusion de leurs gènes seraient d'améliorer la condition physique (et les futurs succès de reproduction) des membres proches parents de la société tribale qui ne sont pas en concurrence avec lui (les hommes) ou par ailleurs inaccessible (les femmes). Les jeunes, facile en amitié des personnes dont les capacités sont malléables et encore à déterminer. Alors que pas un seul homme ne prend la décision rationnelle de le faire (la compréhension de la sélection naturelle est une innovation relativement moderne), les tribus, dans lesquelles les mâles non destinés à la compétition reproductive pouvaient diriger leur amour et attention envers les jeunes membres, survivaient grâce au bénéficiaire de mentorat, des propritétés de protection et nutritionnelles de ces relations. Les jeunes atteignaient donc un statut élevé, reproduisant avec succès leurs gènes et une bonne proportion de leurs semblables à l'âge adulte.

Ce n'est que l'un des mécanismes possibles par lequel l'attraction pour les enfants prépubères d'autres individus est devenu une caractéristique d'adaptation au début des sociétés humaines. Que dans les sociétés modernes, ces intérêts soient parfois complètement orientés vers les enfants est sans pertinence. Des milliers d'années d'évolution ne pourraient pas être contrôlées par la situation moderne dans laquelle agir sur ces attractions ne peut pas conférer de bénéfice génétique, et peut, en fait, conduire à l'ostracisme social et la mort. Nous devons également prêter attention aux manifestations historiques de la pédophilie qui sont acceptées même aujourd'hui. L'attraction unique aux attributs physiques des enfants est, après tout, une caractéristique avec une validité inter-culturelle et inter-espèces. Vitales à la réaction d'éducation parentale, ces émotions sont aussi vues comme une auto-identification des pédophiles (en Anglais) et sont accompagnés par des comportements érotiques chez les plus proches parents de l'homme (en Anglais).

Cela dit, les arguments ci-dessus ne permettent pas d'expliquer de manière adéquate pourquoi la pédophilie a souvent une composante érotique. Nous pouvons commencer à l'expliquer en mettant la lumière sur l'importance d'une bonne saveur érotique dans la tribu des hommes pédophiles. En sélectionnant les enfants qui ont des caractéristiques physiques d'attirance sexuelle naissante, et donc l'aptitude de reproduction future, les tribus des hommes pédophiles augmentent encore les chances que sa communalité génétique, avec ces dits jeunes, survivra à travers les générations. Ceci peut nous aider à expliquer pourquoi les pédophiles expriment leur intérêt vers les enfants les plus attrayants physiquement, et pourquoi cet intérêt prend un air érotique. La section suivante développe ce cas.

Contacts sexuels avec des mineurs

Il est souvent proposé qu'un enfant « non informé », mais consentant peut seulement reconnaître l'ampleur de l'événement des années plus tard - notamment à l'âge de jeune adulte. Cela va à l'encontre du modèle de Darwin. La douleur psychologique et l'inhibition sexuelle seraient des caractèristiques fortement non-adaptatives pour les jeunes, de la même façon qu'ils acquièrent la capacité de se reproduire. Une telle réaction nuirait à leur capacité de reproduction. En fait, ce mécanisme prétendument scientifique semble être absolument mésadaptés dans une perspective darwinienne.

Il y a aussi beaucoup de raisons possibles pour lesquelles les contacts érotiques avec des mineurs et les adolescents seraient susceptibles de conférer un avantage dans le modèle darwinien. Pour les filles post-ménarchales, la durée de vie supérieure des enfants des jeunes mères [1][2] fait d'elles des partenaires désirables - mais quand mal nourries, les filles petites peuvent parfois être plus vulnérables aux complications pendant la grossesse.

Passant aux pré-pubères, il est simpliste d'affirmer que, en raison de leur incapacité à reproduire, ils ne devraient pas être plus sexuellement attrayant pour les adultes « normaux » qu'un objet inanimé. Pour commencer, les relations « pédophiles » peuvent très vite évoluer vers des situations où la reproduction est une possibilité. Ces premières influences peuvent avoir joué un rôle essentiel dans les premières sociétés où 30 ans, 40 ans ou 50 ans étaient considérés comme de la vieillesse.

Considérant les avantages possibles d'une communauté primitive de, peut-être, 30 ancêtres humains, il est logique qu'un petit nombre d'adultes devraient avoir un intérêt dans le développement affectif et l'éducation sexuelle des jeunes du groupe. La « prise en main » de l'éducation sexuelle (notez l'absence de dommages innés dont on a parlé plus tôt) et la communication intergénérationnelle sont susceptibles d'avoir été des éléments importants de la vie tribale et de survie (voir la recherche : relations intergénérationnelles orientales (en Anglais) pour quelques exemples). Et si ces attractions envers un éventail d'âges, de genres, d'allures, etc (perversité polymorphe) sont partagées par la majorité de la communauté - quoique pas avec des préférences aussi explicites, ceci peut renforcer la possibilité de succès de reproduction dans les communautés où un large éventail de types physiques ne peut pas être disponibles. Un ensemble diversifié d'attractions sexuelles, non seulement en fonction de l'âge, est donc favorable au modèle darwinien.

Examen du développement

Tout au long de notre enfance et adolescence, des différentes fenêtres de développement s'ouvrent et sont accompagnées par des pulsions et des explorations qui sont pertinentes pour l'apprentissage dans les zones concernées. Il est naturel d'étudier ces pulsions, car ce sont des caractéristiques biologiques orientées vers l'objectif de croissance personnelle et d'expérience. Peut-être dans la lumière de ceci et de la curiosité sexuelle sauvage (en Anglais) de l'enfant, nous devrions rejeter l'idée reçue de « l'effet du sexe sur la jeunesse », au lieu de choisir d'étudier « les effets de la suppression du sexe sur la jeunesse ». Cette nouvelle orientation a beaucoup plus de pertinence pour la santé physique et mentale des êtres humains avant le conditionnement social dans les cultures pré-occidentales. « Penser en dehors de la boîte » s'applique.